Une des faiblesses de la CCMB dans sa politique de développement économique est le nombre peu élevé, d’entreprises commerciales et de services sur son territoire :

- L’activité du secteur secondaire reste très limitée sur l’ensemble du territoire à l’exception des communes de Denguin et Poey de Lescar, qui, traversées par la RN 117, connaissent une évolution urbaine de leur espace. Cette faiblesse s’explique par le caractère rural de la plupart des communes en dépit d’une forte croissance démographique.
- Les entreprises de service s’inscrivent actuellement dans une phase de développement, notamment de plus en plus sous la forme de services spécifiques à caractère médical (dentiste, infirmier, médecin généraliste, pharmacie). Ainsi, la commune d’Artiguelouve devrait accueillir prochainement un cabinet médical dont la conception est intégrée à un projet global de revitalisation du centre bourg. Il en est de même pour la commune de Bougarber.
- L’activité commerciale reste la plus développée. Cependant, l’essentiel des achats est effectué sur la zone commerciale de Lescar ou sur Pau.

Il faut noter la très forte attractivité de l’agglomération paloise. En effet, la majorité des habitants de la CCMB travaille dans cette agglomération et effectue leurs achats dans ce périmètre urbain.

Les entreprises

- Il existe une forte dépendance des entreprises locales par rapport aux centres économiques palois.
- Sur le territoire de la CCMB, le pourcentage d’entreprises individuelles et d’entreprises sans salarié est moins important que dans le reste du Béarn.
- Des zones de chalandise majoritairement locales, car la clientèle est de proximité communale ou touchant au maximum 3 communes.
- Un espace de croissance : augmentation constante de la moyenne annuelle de création d’entreprises depuis 1980 :

  • 1980-1991 : 4,8
  • 1991-1996 : 10,8
  • 1996-2000 : 16,5

Une importante croissance démographique

vendredi 12 octobre 2012, par Communauté de Communes du Miey de Béarn

Sur la Communauté des Communes du Miey de Béarn, la population a été multipliée par 2 depuis 1975, passant de 5 504 habitants à 10 086 habitants en 1999.

Même si l’on note un ralentissement du taux d’accroissement de la population, entre 1990 et 1999, elle connaît encore une importante croissance démographique de 12,5 %, largement supérieure à celle du département, qui ne dépasse pas les 3,7 %, ainsi qu’à celle de la Communauté d’Agglomération de Pau qui se montre inférieure à 3 %.

Rappelons, également, que parmi l’ensemble des cantons des Pyrénées-Atlantiques, le canton de Lescar, auquel appartient la majorité des communes de la CCMB, représente celui qui a connu le plus important accroissement de sa population, ces dix dernières années, avec un taux élevé de 23,1 %.
Cela est surtout du aux villes de Lons, Lescar et Sauvagnon qui elles ne font pas partie de la CCMB.

Cette forte croissance démographique s’explique par la proximité de la ville de Pau, dont le centre se dépeuple au profit des communes périphériques (impôts locaux importants, problèmes de stationnement,…), ainsi que par l’attraction d’un territoire moins urbanisé (cadre de vie agréable ayant conservé son caractère rural, coût des terrains les plus avantageux en périphérie de l’agglomération paloise,…) situées à mi-chemin entre l’agglomération paloise et le Bassin de Lacq. D’ailleurs, nous avons remarqué qu’il existe sur la CCMB une migration pendulaire (trajet domicile/travail) importante en direction de l’agglomération paloise. Un second flux pendulaire se dirige vers le bassin de Lacq.

La commune de Beyrie en Béarn a connu ces dix dernières années une véritable explosion démographique (taux de croissance de près de 60 %), de même que les communes d’Artiguelouve et de Siros.

Les autres communes ont également vu leur population s’accroître, mais à un moindre niveau.

La commune de Poey de Lescar présente un taux de croissance négatif (-1,7 %), mais ce chiffre est à nuancer, car l’arrivée récente de nouveaux habitants n’a pas été prise en compte lors du dernier recensement. En outre, 42 logements locatifs sociaux (type F3, F4, F5) vont être construits dans le courant de l’année, qui laisse prévoir un afflux important de nouveaux habitants.

La CCMB est composée de familles (couples avec jeunes enfants) dont l’installation récente a été largement incitée par une politique locale qui souhaite développer la construction de logements locatifs sur les communes.

En effet, les communes d’Arbus, Denguin, Momas, Laroin, Saint-Faust et Uzein ont déjà réalisé des logements locatifs sur leur territoire. De même, quatre autres communes de la CCMB, Arbus, Artiguelouve, Aussevielle et Poey de Lescar ont prévu très prochainement la création de logements locatifs sur leur territoire communal, anticipant sur le futur renouvellement de la population.