Une des faiblesses de la CCMB dans sa politique de développement économique est le nombre peu élevé, d’entreprises commerciales et de services sur son territoire :

- L’activité du secteur secondaire reste très limitée sur l’ensemble du territoire à l’exception des communes de Denguin et Poey de Lescar, qui, traversées par la RN 117, connaissent une évolution urbaine de leur espace. Cette faiblesse s’explique par le caractère rural de la plupart des communes en dépit d’une forte croissance démographique.
- Les entreprises de service s’inscrivent actuellement dans une phase de développement, notamment de plus en plus sous la forme de services spécifiques à caractère médical (dentiste, infirmier, médecin généraliste, pharmacie). Ainsi, la commune d’Artiguelouve devrait accueillir prochainement un cabinet médical dont la conception est intégrée à un projet global de revitalisation du centre bourg. Il en est de même pour la commune de Bougarber.
- L’activité commerciale reste la plus développée. Cependant, l’essentiel des achats est effectué sur la zone commerciale de Lescar ou sur Pau.

Il faut noter la très forte attractivité de l’agglomération paloise. En effet, la majorité des habitants de la CCMB travaille dans cette agglomération et effectue leurs achats dans ce périmètre urbain.

Les entreprises

- Il existe une forte dépendance des entreprises locales par rapport aux centres économiques palois.
- Sur le territoire de la CCMB, le pourcentage d’entreprises individuelles et d’entreprises sans salarié est moins important que dans le reste du Béarn.
- Des zones de chalandise majoritairement locales, car la clientèle est de proximité communale ou touchant au maximum 3 communes.
- Un espace de croissance : augmentation constante de la moyenne annuelle de création d’entreprises depuis 1980 :

  • 1980-1991 : 4,8
  • 1991-1996 : 10,8
  • 1996-2000 : 16,5

Siros - Présentation de la commune

vendredi 19 octobre 2012, par Communauté de Communes du Miey de Béarn

Siros porte le nom d’un homme qui s’appelait Sirus, Sirius ou un autre nom analogique de personne. En 1385 la paroisse comptait 12 feux, soit une population d’une quarantaine de personnes. Il y avait une abbaye laïque gouvernée par un domenger et dépendant du vic de Lescar. Cette communauté eut à souffrir maintes fois du gave dont on signale une très importante crue vers les années 1570.

La tradition veut que le village, alors situé au quartier Saint-Marie fut emporté et la cloche de son église récupérée vers Denguin !

Lors des guerres de religion, en 1569, Bernard de Forgues en était le seigneur. Refusant le protestantisme, la reine Jeanne d’Albret lui envoya son procureur général, de Gassion, accompagné du greffier pour faire la saisie des biens, meubles, récoltes, et affermer les terres et le château, ainsi que tous les droits seigneuriaux. Ils se rendirent ensuite au moulin banal. Interrogé, le meunier Johan de Lafitte déclara que le jour avant, la femme du seigneur et son frère étaient venus chercher beaucoup de grain provenant de la punhèra (de punh, poing, sorte d’impôt) et qu’ils avaient emporté vers Pau. Le moulin fut également affermé.

Lors de ces saisies, il avait été décidé que le bac de Laroin serait installé entre Siros et Arbus. En 1605, toutes les terres furent arpentées pour le paiement des fiefs à raison de 4 liards par jornada (mesure agraire). Cette même année, la saligue et les grèves furent affermées à la communauté.

En 1742, à l’initiative du seigneur Henri de Capdeville, on créa le terrier (sorte de cadastre) qui est toujours déposé à la mairie. En août 1845, on décida de vendre aux enchères les terrains communaux situés au Lannot sur le territoire de Poey, ceci afin de financer la construction de l’église et, un peu plus tard, de l’école.

Depuis le 5 novembre 1967, Siros est devenu pour deux ou trois jours par an, la capitale de la culture béarnaise. Chaque année le festival de la chanson béarnaise attire des milliers de fervents qui, avec l’aide d’animateurs chevronnés, tentent de sauvegarder sa riche lenga mairana (langue maternelle).


Mairie de Siros

Mairie
64230 Siros

Téléphone : 05 59 68 66 05
Fax : 05 59 68 72 80

Courriel : mairie.siros@wanadoo.fr

Horaires d’ouverture de la mairie
- Lundi : 9h30-12h30/13h30-18h30
- Mardi : 9h30-12h30/13h30-16h30
- Mercredi : 9h30-12h30/14h00-18h30
- Jeudi : 9h30-12h30/13h30-16h30
- Vendredi : 9h30-12h30/13h30-16h30

Rendez-vous avec Monsieur le Maire sur rendez-vous
- Lundi : toute la journée
- Mercredi : à partir de 19h30
- Vendredi : à partir de 19h30

Présentation de la commune

vendredi 19 octobre 2012, par Communauté de Communes du Miey de Béarn

Siros porte le nom d’un homme qui s’appelait Sirus, Sirius ou un autre nom analogique de personne. En 1385 la paroisse comptait 12 feux, soit une population d’une quarantaine de personnes. Il y avait une abbaye laïque gouvernée par un domenger et dépendant du vic de Lescar. Cette communauté eut à souffrir maintes fois du gave dont on signale une très importante crue vers les années 1570.
La tradition veut que le village, alors situé au quartier Saint-Marie fut emporté et la cloche de son église (...)

(Lire la suite)